L’arbre de la vie : classifications des espèces

Les différentes classifications : 

Au fil des âges, les scientifiques, dans un souci de rigueur, se sont attachés à classifier les espèces en catégorie et classe de façons diverses et variées : selon leur ressemblance, leur organe reproducteur, etc…

“Ce que l’on conçoit bien, s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément.”

Boileau

Pour éviter de vous donner la nausée en vous saturant de terme latin imbuvable, je vous propose de faire le point sur les deux systèmes de classification des espèces les plus connus et utilisés afin d’avoir une meilleure appréhension de ces termes que nous verrons régulièrement, comprendre comment ces derniers se forment et connaître leur contexte.

La classification classique 

Système de classification selon Von Linné

En 1735, le biologiste Carl Von Linné publie son livre éponyme “Systema naturae”, ouvrage issu de son travail de classification de tous les êtres vivants : animaux ou plantes. Cette classification s’attache à “trier” chaque être vivant dans des groupes distincts selon leur ordre, leur genre et leur espèce. 

C’est dans son édition plus tardive que Linné imposera la nomenclature binomiale : c’est-à-dire le fait de nommer chaque être vivant à partir de deux données:

  • son genre
  • son espèce

Ainsi nous nous nommons homo sapiens ( genre : homo ; espèce : sapiens), Panthera leo pour le lion ou Adansonia digitata pour le baobab par exemple.

Petit clin d’oeil aux lecteurs de Jules Verne qui auront souvenir d’Aronnax, personnage de vingt mille lieues sous les mers qui nommait chaque nouvelle espèce rencontrée lors de son aventure avec le capitaine Nemo selon cette nomenclature et pas en “latinisant” au hasard comme je l’ai pensé.

La classification phylogénétique 


La classification phylogénétique est issue de la pensée Darwienne, voudrait que chaque espèce évolue, créant des sous-branches mais qu’au final, il y aurait bien un lien de parenté entre les être vivants. La classification phylogénétique, également nommée l’arbre phylogénétique, se base sur des données génétiques.

© Madprime, Wikipédia, DP 

Notre place dans l’arbre phylogénétique

L’arbre se divise en trois grands groupes : les bactéries, les archées (deux types de micro-organismes) et les eucaryotes. Cette dernière catégorie comprend les plantes, les champignons et les animaux

Pour les plus curieux : la différence entre les bactéries et les archées (tous les deux procaryotes) et les eucaryotes se trouvent dans l’absence, pour la première catégorie, d’un noyau contenant le matériel génétique. 

Vous l’aurez compris, nous nous trouvons loin dans la catégorie des eucaryotes, dans la super-famille Hominoidea ou hominoïde : les grands singes sans queue.  

Cette super-famille se divise à son tour en deux famille:

  • La famille Hominidae (ou hominidés : orang-outans, humains, gorilles, chimpanzés)
  • La famille Hylobatidae (le gibbon)

Les hominidés se divisent à leur tour entre la sous-famille Ponginae dans laquelle on retrouve les orang-outans et Homininae, notre sous-famille : les homininés auxquelles appartient le genre Homo et Pan (le chimpanzés) et Gorillini (le gorille)

Avec quelques désaccords entre scientifiques. Pour certains, Ponginae ne serait pas un genre mais une famille, pour d’autres les gorilles ne feraient pas parti de la sous-famille Homininae.

Bref la classification, c’est comme le nouveau mec de 40 ans de ta cousine de 20 ans, vaut mieux ne pas s’étaler.

Pour résumé: notre classification est la suivante:

Super-famille: Hominoidea ou Hominoïde

Famille: Hominidae ou Hominidé 

Sous-famille : Homininae ou Homininé

Genre : Homo

Espèce: Homo Sapiens

Sources: 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *